Fabrication du whisky : qu’est ce que le broyage ?

Le whisky représente une des boissons les plus consommées dans le monde. Son élaboration, s’étalant durant quelques semaines, doit se réaliser suivant une démarche bien définie. À vrai, six étapes sont à suivre pour fabriquer du whisky, de la préparation du grain jusqu’à la mise en bouteille.

Le broyage : la première étape

La première étape à franchir dans la démarche de fabrication du whisky, c’est le broyage. Cette opération se déroule bien évidemment dans la distillerie. Avant de pouvoir être broyée, l’orge ne doit pas être trop humide sinon le moulin risque d’être bloqué.

Le maltage se travaille en général au sein d’une malterie prévue à cet effet. En effet, le malt sec est mis dans une machine. Des paires de rouleaux le broient afin de produire une mouture, une sorte de farine grossière.

Une fois broyé, le malt ‘orge est constitué d’une fine farine, de gruau et de l’enveloppe appelée aussi le son. En effet, une mouture est normalement composée de 10 % de farine, 20 % de son et 70 % de gruau. Entrée dans l’étape suivante, la farine très fine va être colmatée dans une cuve de brassage. À cet instant précis, la rhumerie a le choix d’ajouter ou non la tourbe en vue de donner une saveur typiquement fumée de certains bourbons. Dans ce cas, les grains maltés vont être séchés sur un feu de tourbe durant quelques heures.

La fermentation et brassage

D’autres étapes sont aussi à respecter lors de la fabrication du whisky de bonne qualité. La deuxième étape consiste en effet à mélanger la poudre d’orge avec de l’eau chaude afin de constituer une mixture au goût sucré.

Appelé communément moût, ce mélange va être associé avec de la levure après qu’il a refroidi. Cette nouvelle substance entraîne le surgissement d’une mousse signifiant que le sucre est bien transformé en alcool. Ce processus de transformation et de disparition totale de l’écume dure en moyenne trois jours. Par conséquent, un nouveau mélange est obtenu appelé wash qui ressemble à de la bière chaude contenant un taux d’alcool élevé.

L’étape de la distillation

Après la fermentation et le brassage, un autre processus va se produire lors de l’élaboration du whisky. Plus précisément, il s’agit de la distillation. Cette étape permet de distiller le wash obtenu lors de l’opération précédente. L’opération doit se faire à plusieurs reprises et dans des alambics à colonnes ou dans des alambics en cuivre classiques. Au sortir de ces appareils, le wash se transforme en un spiritueux totalement limpide.

Enfin, la dernière étape qui caractérise la fabrication du whisky est marquée par le vieillissement ou la mise en fût de chêne de la liqueur. Pour cela, il faut mettre en œuvre une technique assez spéciale pour finir la maturation du whisky. Dans cette perspective, ce processus de vieillissement qui donne à ce type de breuvage sa belle robe ambrée, dorée ou or.

Peut-on “couper” un whisky sans le dénaturer ?
Quels accords mets/whiskies sont possibles ?